Partagez | 
 

 |#| Une journée en d'étranges circonstances || Pv Okamoto Haruna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: |#| Une journée en d'étranges circonstances || Pv Okamoto Haruna   Jeu 23 Aoû - 21:41

Bureau du Directeur ; Impatience ...

Quoi de mieux pour son image qu’une visite en un lieu public ? Prévue de longue date, cette sortie n’avait qu’un but : plaire encore davantage à son électorat. Ce n’était pas en restant derrière son bureau qu’un maire gardait sa place mais bien en prouvant son implication dans la vie quotidienne de sa population. Jeune et dit inexpérimenté, il avait bien vite surpris ce que l’on appelait l’opposition. Il avait gagné le cœur des gens à la surprise générale et si les paris ne lui avaient pas donné un long mandat, ceux-ci se trompaient. Sa politique et sa gérance ne connaissaient aucune réplique. Il avait donné le change à une ville trop longtemps morte. Il l’avait ranimée et en était bel et bien fier. Pourtant, il ne désirait pas perdre son majorat. Il aimait cette place. S’il ne le disait jamais, il avait pris goût à ce pouvoir qu’il détenait. Ainsi, fallait-il prouver qu’il méritait d’être à son poste. Aussi la conclusion s’était-elle imposée d’elle-même. Il fallait se montrer en public, investi de sa charge, intéressé de la vie du quotidien.

Mais si c’était là l’un de ses devoirs, l’une de ses charges, il avait choisi aussi d’y allier quelques petits plaisirs. L’endroit idéal était l’Université. Les filles portaient toutes ce costume qui bien souvent moulait suffisamment leurs formes pour en deviner le reste. Leurs jupes étaient parfois trop courtes et un courant d’air était souvent bien vite arrivé. Une petite culotte par-ci, un string par là. Le mieux était encore de voir leur visage gêné. Elles ne savaient alors pas comment se placer vis-à-vis du voyeur. Si elles devaient se fâcher ou au contraire, se faire excuser. L’homme avait alors un sentiment de pouvoir. Il dominait son sujet. Evidemment, au vu de sa fonction, il ne s’était pas permis d’avouer ce goût pour les jeunes filles habillées de la sorte et n’en dirait jamais rien. Si cela pouvait être une faiblesse, il ne voulait pas que cela se sache. Secrètement, il désirait que son guide de la journée soit l’une de ses élèves. Tout ceci était bien sûr personnel et s’il ne cherchait qu’à se rincer l’œil, il connaissait encore sa charge et ne se compromettrait en rien par quelques désirs sexuels.

Le rendez-vous ayant été fixé au bureau du directeur de l’établissement, il se dirigea bien assez vite vers le dit-lieu. Les quelques panneaux accrochés au mur l’aidant bien, il ne se perdit pas dans l’interminable dédale de couloirs. Quelques élèves le reconnurent mais pressés ne s’arrêtèrent pas pour le saluer. A dire vrai, les cours commençaient seulement et il savait déjà qu’il allait faire un heureux en cette journée. Après tout, qui ne rêvait pas de se retrouver loin des bancs un jour où il devrait ? Petit sourire satisfait sur le visage, amical et soigné, il vint frapper à la porte de la direction où l’homme patientait déjà. Pourtant, dans la pièce, aucun élève. Réfrénant une question insultante, il se posa dans l’un des sièges dont disposait le préfet de l’endroit. Passant une jambe sur son genou, croisant les doigts sur son ventre, son regard se mit à détailler le bureau.

Dix minutes passèrent. Un silence pesant se faisait dans la pièce tandis que le maire observait sa montre d’un air toujours aussi calme depuis la première seconde où il était entré. En face, quelques gouttes de sueur luisaient sur le front du bedonnant personnage. Il craignait pour son poste. En son for intérieur, le premier de la ville ne put s’empêcher de rire de cet homme stressé. Avait-il choisi le mauvais élève ? Celui qui lui ferait son travail ? Certainement avait-il justement demandé au dit élève de ne pas arriver en retard pour faire honneur à l’élu. Certainement la déduction suivait. C’était là une façon de rire. Finalement, rompant le silence, et parlant d’une voix tranquille et douce, le maire s’entreprit à ouvrir le dialogue.

« Pensez-vous que je devrais encore attendre longtemps ? Cela ne me dérange pas d’en être à souffrir de mon horaire mais patienter la journée sans en découvrir votre établissement, ce serait regrettable, voyez-vous. »

Un court silence, un sourire complice. Il ne cherchait qu’à le mettre à l’aise. Il jouait de la sincérité du maire pour soulager l’ambiance des plus houleuses. Avec un petit sourire moqueur, il se demandait qui était l’étrange farceur. Il serait surpris d’en découvrir là une mademoiselle. Un petit soupir que le fonctionnaire prendrait pour de l’impatience, il se demandait qui serait l’élève.

« Qui est donc ce myst… »

La porte s’ouvrit brusquement. Sans avoir été prié d’entrer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je suis au lycée de Hanawa
Messages : 99
Date d'inscription : 28/07/2012

Âge : 17 ans
Orientation : Hétérosexuelle, quoi que... ?

MessageSujet: Re: |#| Une journée en d'étranges circonstances || Pv Okamoto Haruna   Mar 9 Oct - 19:42

« Tu ronfles un peu, tu le savais ? »

La jeune fille ouvrit les yeux. Son corps resta immobile, et pourtant, ses lèvres s’étirèrent timidement. Elle fixa un instant le visage juste en face du sien – à quelques dizaines de centimètres plus exactement. Sa jambe allongée touchait presque celle du brun, alors elle la ramena vers elle, la repliant jusqu’à sa poitrine. La lycéenne chercha au beau milieu de ses pensées les souvenirs de cette soirée, et la raison qui l’avait amené à se retrouver avec cet inconnu au sourire discret. Ce n’était pas très dur, vu le peu de sens qu’avaient les autres, et vu le peu de choses auxquelles la blonde était capable de réfléchir à la fois. Après une bonne minute de concentration à essayer de se remémorer la plus grande partie de sa soirée, elle décréta que chercher plus loin n'en valait pas la peine. Ce qui était fait, était fait. Haruna posa à nouveau ses yeux sur le jeune homme, fronçant légèrement les sourcils face à cette remarque des plus impolies. Elle aurait sûrement pu, dans une situation comme celle-là, s'offusquer du manque de complaisance de l'homme, mépriser le plaisir qu'il avait prit à relever son petit point faible, être profondément blessée par une remarque qui avait tout pour enfoncer son égo. Elle aurait pu, en effet, se lever avec un air furieux et aller s'enfermer dans la salle de bain, ou même le mettre à la porte. Mais la demoiselle s'était contentée de sourire, d'un sourire encore un peu endormi. Avec une simplicité presque touchante.

« Je ne ronfle pas. » protesta-t-elle. 

Étrangement, dans ce ton ne se reflétait aucune amertume ou animosité. Haruna enfonça simplement sa tête dans son oreille, tapotant à l'aveuglette, de sa main droite, sur sa table de nuit, jusqu'à sentir un objet rectangulaire heurter ses doigts ; sur son portable, l'heure indiquée était de neuf heures et demi. Dans une demi-heure les lumières du couloirs commenceraient à s'allumer, et un surveillant se chargerait d'aller vérifier si elle dormait encore ou non et l'idée d'être surprise avec ce garçon ne lui plaisait pas. La japonaise souleva quelques mèches blondes de sa chevelure qui lui cachaient la vue et prit un air plus tendu.

« Je dois y aller. Tu ferais mieux de retourner dans ta chambre toi aussi. »

Plus qu'un conseil, ses paroles tendaient vers l'ordre. Haruna fixa à nouveau cet inconnu, dont elle n'avait pas daigné réclamer à nouveau le nom, dans ce genre de situation, les mots lui manquaient toujours. Elle qui s'était sentie sourire légèrement il y a quelques secondes venait de se renfermer aussitôt. Un voile noir s'abattit devant ses yeux lorsqu'elle ferma à nouveau ses paupières et la blonde sentit enfin les draps bouger, avec un pincement au cœur, elle constata qu'elle était désormais seule dans son lit. Ses paupières se rouvrirent lentement et sa vision floue se précisa peu à peu. Au petit matin, le moindre bruit lui paraissait toujours assourdissant et n'eut donc pas de mal à discerner les différant gestes du garçon sans avoir à l'observer : Les cliquetis de la ceinture de son jean, le soupire qu'il poussa en enfilant son tee-shirt, la bruit de la porte qui se referme.

La jeune fille lui adressa un sourire sans joie, de simple complaisance morne, afin de n'avoir à lui répondre avec des mots. A nouveau, elle se retrouvait donc seule dans sa chambre, il était partit de chez elle, de son lit, de sa vie, aussi furtivement et simplement qu'il y était entré. C'était d'ailleurs toujours le même schéma, ils entraient et repartaient. Parfois brutalement, parfois en douceur comme ce départ là. Bien sûr, c'était de sa faute, c'était elle qui, dans un affreux mélange de fierté et d'égoïsme, les congédiait, les chassait. A chaque fois, c'était elle.

Ses yeux s'ouvrirent soudainement en gros le cœur affolé comme jamais. Elle avait oublié ! Elle avait complètement oublié la visite du Maire qui se déroulait aujourd'hui même. Sans même se poser d'avantage de question, la tornade blonde enfila son uniforme scolaire, prenant soin par habitude de remonter plus que nécessaire sa jupe, elle boutonna négligemment les boutons de son blaser, se brosser les cheveux et traversa les couloirs à toute allure. Elle devait se rendre à l'université qui se trouvait juste à côté de son lycée, elle y passait tellement de temps qu'elle connaissait cet endroit comme sa poche. - La plupart de ses amis étaient plus âgés qu'elle.

Oubliant les bonnes manières, la lycéenne ouvrit la porte du bureau, le coeur battant, elle se retrouva nez à nez avec le directeur de l'établissement qu'elle connaissait déjà et le Monsieur Chitsoji qu'elle n'avait vu qu'une ou deux fois de loin auparavant.

« Pardon, je suis vraiment désolée pour ce retard. Je... J'étais à la bibliothèque et je n'ai pas vu le temps passé. » mentit-elle. Haruna attendit quelques secondes, réfléchit à toute vitesse à ce qu'elle devait faire. « Hum, la visite. Je suis prête, monsieur, si vous voulez bien me suivre je vous ferai faire le tour de l'école. » proposa-t-elle. Haruna savait déjà par quoi elle allait commencer, la blonde voulait montrer au Maire la salle de musique, située non loin de là, puis leur amphithéâtre le plus perfectionné et peut-être faire un tour vers les laboratoires de sciences pour commencer.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uname.forums-rpg.com
 

|#| Une journée en d'étranges circonstances || Pv Okamoto Haruna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uname :: UNIVERSITÉ HANAWA :: les bureaux-